L’emprise

L'emprise du pervers narcissique

« L’amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même. L’amour ne possède pas, ni ne veut être possédé. »

Khalil Gibran

Le manipulateur pervers narcissique va mettre sa victime sous emprise de façon progressive. Dans un premier temps, il va la séduire, la flatter, l’admirer. Il va tout mettre en œuvre pour la valoriser. Ainsi, elle sera agréablement surprise d’avoir rencontré le prince charmant ou la princesse qu’il ou elle n’attendait plus. Une fois que le pervers narcissique aura vérifié que sa relation avec la victime est sous dépendance affective envers lui, il va commencer à installer les premiers liens de contention, en étant dans une ambivalence qui va plonger la victime dans un stress émotionnel. Il va commencer à mentir, ses actes seront en opposition avec ses paroles. Puis il va culpabiliser sa victime en cas de désaccord. C’est une façon de l’isoler en la déstabilisant, pour mieux la contrôler ensuite et surtout pour l’insécuriser progressivement.

La victime va commencer à ressentir quelque chose de négatif dans cette relation qui, au départ, était un début de conte de fées. Mais surtout, elle va essayer de le sauver, car elle ne voit pas qu’il est psychiquement déséquilibré. Mais elle le croit malheureux. C’est la conclusion qu’elle tire de ce mal être relationnel. Elle tentera par tous les moyens de retourner vers ces moments enchanteurs, en pensant que le pervers n’est pas responsable et qu’il faut l’aider à tout prix.

L’emprise commence quand la victime devient le sauveur de son bourreau, sans conscience aucune et persuadée qu’il est réellement celui qu’elle a connu au début de leur relation. Pour vérifier que l’emprise reste sous contrôle, il va opérer des degrés successifs de destruction, toujours de plus en plus forts en intensité. La victime va s’épuiser et ne pourra pas résister à cette influence. Il veut qu’elle ne puisse plus se soustraire à sa domination. Nous sommes donc en présence d’une relation de dominant-dominé, de maître-esclave où la victime devient le complice inconscient de son bourreau.